Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation De Gdb

  • : Gérard Delacour
  • Gérard Delacour
  • : Oeuvres, articles, récits et photos de Gérard Delacour ©
  • Contact

Publications

_____________________________________________

 

Oeuvres de Gérard Delacour

sous licence CCA (Creative Commons)

Licence Creative Commons
Ces œuvres de Gerard DELACOUR sont mises à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en écrivant à mail@gerarddelacour.com
_____________________________________________

"Les 8 portées de l'information"

Sur le repérage et l'extraction de l'information, du Savoir à la Connaissance
_____________________________________________

"APPRENDRE COMME INVENTER, pour introduire le concept didactique d'insension"

Thèse de doctorat Sc. de l'Education - 2010
Résumé et téléchargement sur: 

INRP - Institut National de Recherche Pédagogique
_____________________________________________

Savoir rédiger un mémoire (M1, M2)

Méthodologie pas à pas pour démarrer et rédiger un mémoire

_____________________________________________

10 nouvelles: "1,2,3,4,5,6,7,8,9,...0"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

"SYZYGY, aphorismes de 1950 à l'an 2000"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

Rechercher

Recherches et Pratiques en Didactique Professionnelle

Le site de l'Association RPDP

 

Recherches et Pratiques en Sciences de l'Éducation


Archives Du Blog

 

« Ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? »  Bertolt Brecht


« Tu rêvais d'être libre et je te continue »  Paul Eluard
(cité par Christiane Taubira aux obsèques de Tignous le 15 janvier 2015)

  ____________________________________________________________________________________

 

Pour être tenu-e informé-e des nouveautés, inscrivez-vous à la newsletter (colonne de gauche en haut) 


  ____________________________________________________________________________________

 

voir le MAHANA's Site...

MaaBlog2.png

 

  ____________________________________________________________________________________

 

  CLIQUER ici pour retourner à l'ensemble du blog GDB

Articles Récents

  • Commençons l'année avec RILKE et TERZIEFF
    Voici mes voeux, pour chaque lecteur, chaque lectrice de ces pages humblement écourtées... Pour tout ce qui ne se dit pas, pour tout ce qu'il n'est pas utile de dire, pour tout ce que nous savons déjà depuis longtemps, dans la Paix de soi avec l'Autre,...
  • L'ami Guy est passé de l'autre côté du miroir
    Notre ami Guy BELLI est parti dans la nuit de samedi à dimanche. Il danse avec son épouse adorée sur la piste de rock qu'il a tant aimée. "L'Amour", me disait-il la semaine dernière, "n'est pas une finalité en soi! L'Amour est le fruit de la Raison, l'enfant...
  • Mr. BEAN, 25 ans
    Le vrai bonheur de rire. Mister BEAN nous accompagne depuis 25 ans!
  • Voir, ne pas se voir
    Cette nuit par ma fenêtre vers le sud puis le sud-ouest, j'ai pu voir cela... Nombreux avons-nous été à nous lever pour regarder le ciel de cette nuit du 28 septembre 2015, entre 3h30 et 5h30... A Paris, du sud au sud-ouest, sur cette ligne de l'écliptique...
  • Crétin, Vrai, Faux...
    Grâce à des analyses "pas fausses" (correspondant à la réalité historiquement vérifiable, par exemple le "tournant libéral de la Gauche en 1983"), Michel ONFRAY consolide son image qu'il souhaite être celle d'un philosophe. Or un philosophe est cet animal...
  • Pitié pour...
    ... les classiques! Dan Tepfer peut surprendre. Surtout parmi les "classiques" qui veulent "conserver". J'ai reçu des commentaires à la fois sur Tepfer et Cioran (qui, comme on le sait, ont fait la résistance ensemble) qui laissent penser que nous vivons...
  • Bach, Dieu et...
    "Sans Bach, la théologie serait dépourvue d'objet, la Création fictive, le néant péremptoire. S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu." Emile-Michel Cioran (1911-1995) Syllogismes de l'amertume (1952) Penser le présent. Le passé, pays...
  • Se libèrer des idéologies du Bonheur...
    Le Petit Bois de Bouleaux... Voilà 70 ans qu'on y a "découvert" —du moins officiellement— l'industrie, ultramoderne à l'époque, au service de l'idéologie nazie du bonheur : faire disparaître —assassiner— tous les parasites responsables du malheur humain....
  • "L'hebdo satirique n'est pas la France", certes!
    J'ai de superbes amis. Que j'aime. Parce qu'ils réfléchissent et travaillent à comprendre leur vie, notre vie, notre société, notre temps. Parfois ils sont ébranlés par des sophistes. Ces excellents parleurs ont accés aux media. Voici un article qui m'a...
  • Interview de Michel Bourse
    Je publie ici, avec son autorisation, l'article paru dans SINTEZA, revue culturelle et d'actualités en Roumanie : questions-réponses entre la rédactrice en chef et Michel Bourse, Sciences de l'Information et de la Communication, Université Galatasaray,...
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 08:17

...Charles de la Mothe de Carbonnel, adresse un « mémoire » à son évêque afin de le renseigner sur le comportement des habitants de sa paroisse.

Ce texte est intéressant par la description des classes d’habitants et par le descriptif corrosif de leur comportement.

" La paroisse de Crona est d’une grande étendue, ayant plusieurs hameaux dont quelques-uns sont éloignés de plus d’une lieue ; la desserte est d’autant plus difficile que les chemins sont de tous côtés impraticables.

Les paroissiens sont en général d’une extrème pauvreté depuis 1709 qu’ils ont été contraints de vendre chacun leur petit fonds, vivant la plus grande partie de l’année sans sel, n’ayant presque aucun meuble qui vaille la peine de la saisie…

La plupart des domaines ne sont bons que pour le nourry et le vendu des bestiaux, qu’à l’égard du grain qu’on y recueil, à peine suffit-il tant la part du maître que du métayer pour nourrir le laboureur pendant l’année.

Les habitants peuvent être distingués en quatre classes :

1) des personnes qui se disent bourgeois, gens oisifs, et dont l’occupation est de s’enyvrer, et dont la conduite n’est rien moins qu’édifiante ;

2) des laboureurs au nombre de près de quarante, mais tous d’autrui, et fort pauvres ; en général, ils sont asez bone gens, et craignent Dieu ;

3) d’artisans et de cabaretiers, qui au nombre de plus de quinze, dans les maisons desquels il passe de grands désordres ;

4) de journaliers et de pauvres veuves…

Le désordre le plus grand règne, qui entraîne avec soy une infinité d’autres crimes, de querelles, de batteries, de jurements horribles, de paroles impudiques, de désunions dans les familles c’est l’ivrognerie. Particulièrement les dimanches et les jours de fêtes qu’on profane impunément ; car c’est particulièrement dans ces saints jours que les cabarets sont remplis d’yvrognes, qui commettent toutes sortes de désordres, même pendant le Service Divin.

Un autre grand désordre, c’est la profanation des Lieux Saints, non seulement on s’y tient immodestement pendant les Services, mais on a l’insolence de rompre par dérision et publiquement pendant qu’on chante l’Evangile, pendant la Messe, les fiches de fer mises autour des fonts baptismaux.

D’autres viennent impudemment au Service plein de vin, y vomir et y causer d’aurtres actes scandaleux.

On profane plus fréquemment le chapiteau qui fait partie de l’église, et le cimetière dont on fait un lieu de promenade et de marché, tous les dimanches et fêtes pendant le Service Divin, car on y cause aussi haut que dans une foire et on y tient les postures les plus indécentes. Ce sont les petits bourgeois qui donnent en cela le grand scandale aux faibles. D’autres viennent insolemment se présenter au tribunal de la Pénitence estant ivres, d’autres estant dans le même estat, viennent demander des billets et s’enyvrent le jour mesme qu’ils auront fait leur communion.

En géneral, les principaux qui entraînent une bonne partie avec eux ne se soucient ni des déclarations du Roy, qu’on leur a lues publiquement sur leurs devoirs, ni des arrêts qui défendent leurs désordres, ni des décrets des Etats Généraux, et encore moins des commandements de Dieu et de l’Eglise.

Que sa Grandeur juge de la condition malheureuse du Pasteur à qui Dieu a donné la volonté de s’acquitter de ses devoirs. Il ne s’est jamais plaint, ni en particulier, ni en public, des outrages personnelles qui luy ont été faite par les principaux, que dans ce mémoire présente à sa Grandeur des calomnies, des assemblées… et tous actes faites contre luy, des insultes jusqu’à arracher nuytamment les palissades de son jardin, les emporter, en jeter d’autres dans le chapiteau, arracher le marteau de sa porte, enfin jusqu’à menacer de l’assassiner ".

 

Document conservé aux archives départementales de Saône et Loire (Registres Paroissiaux de Cronat) voir Source de la page

 

Revenir à tous les articles :

Le GDBlog

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Delacour - dans Référence
commenter cet article

commentaires