Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation De Gdb

  • : Gérard Delacour
  • Gérard Delacour
  • : Oeuvres, articles, récits et photos de Gérard Delacour ©
  • Contact

Publications

_____________________________________________

 

Oeuvres de Gérard Delacour

sous licence CCA (Creative Commons)

Licence Creative Commons
Ces œuvres de Gerard DELACOUR sont mises à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en écrivant à mail@gerarddelacour.com
_____________________________________________

"Les 8 portées de l'information"

Sur le repérage et l'extraction de l'information, du Savoir à la Connaissance
_____________________________________________

"APPRENDRE COMME INVENTER, pour introduire le concept didactique d'insension"

Thèse de doctorat Sc. de l'Education - 2010
Résumé et téléchargement sur: 

INRP - Institut National de Recherche Pédagogique
_____________________________________________

Savoir rédiger un mémoire (M1, M2)

Méthodologie pas à pas pour démarrer et rédiger un mémoire

_____________________________________________

10 nouvelles: "1,2,3,4,5,6,7,8,9,...0"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

"SYZYGY, aphorismes de 1950 à l'an 2000"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

Rechercher

Recherches et Pratiques en Didactique Professionnelle

Le site de l'Association RPDP

 

Recherches et Pratiques en Sciences de l'Éducation


Archives Du Blog

 

« Ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? »  Bertolt Brecht


« Tu rêvais d'être libre et je te continue »  Paul Eluard
(cité par Christiane Taubira aux obsèques de Tignous le 15 janvier 2015)

  ____________________________________________________________________________________

 

Pour être tenu-e informé-e des nouveautés, inscrivez-vous à la newsletter (colonne de gauche en haut) 


  ____________________________________________________________________________________

 

voir le MAHANA's Site...

MaaBlog2.png

 

  ____________________________________________________________________________________

 

  CLIQUER ici pour retourner à l'ensemble du blog GDB

Articles Récents

  • Commençons l'année avec RILKE et TERZIEFF
    Voici mes voeux, pour chaque lecteur, chaque lectrice de ces pages humblement écourtées... Pour tout ce qui ne se dit pas, pour tout ce qu'il n'est pas utile de dire, pour tout ce que nous savons déjà depuis longtemps, dans la Paix de soi avec l'Autre,...
  • L'ami Guy est passé de l'autre côté du miroir
    Notre ami Guy BELLI est parti dans la nuit de samedi à dimanche. Il danse avec son épouse adorée sur la piste de rock qu'il a tant aimée. "L'Amour", me disait-il la semaine dernière, "n'est pas une finalité en soi! L'Amour est le fruit de la Raison, l'enfant...
  • Mr. BEAN, 25 ans
    Le vrai bonheur de rire. Mister BEAN nous accompagne depuis 25 ans!
  • Voir, ne pas se voir
    Cette nuit par ma fenêtre vers le sud puis le sud-ouest, j'ai pu voir cela... Nombreux avons-nous été à nous lever pour regarder le ciel de cette nuit du 28 septembre 2015, entre 3h30 et 5h30... A Paris, du sud au sud-ouest, sur cette ligne de l'écliptique...
  • Crétin, Vrai, Faux...
    Grâce à des analyses "pas fausses" (correspondant à la réalité historiquement vérifiable, par exemple le "tournant libéral de la Gauche en 1983"), Michel ONFRAY consolide son image qu'il souhaite être celle d'un philosophe. Or un philosophe est cet animal...
  • Pitié pour...
    ... les classiques! Dan Tepfer peut surprendre. Surtout parmi les "classiques" qui veulent "conserver". J'ai reçu des commentaires à la fois sur Tepfer et Cioran (qui, comme on le sait, ont fait la résistance ensemble) qui laissent penser que nous vivons...
  • Bach, Dieu et...
    "Sans Bach, la théologie serait dépourvue d'objet, la Création fictive, le néant péremptoire. S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu." Emile-Michel Cioran (1911-1995) Syllogismes de l'amertume (1952) Penser le présent. Le passé, pays...
  • Se libèrer des idéologies du Bonheur...
    Le Petit Bois de Bouleaux... Voilà 70 ans qu'on y a "découvert" —du moins officiellement— l'industrie, ultramoderne à l'époque, au service de l'idéologie nazie du bonheur : faire disparaître —assassiner— tous les parasites responsables du malheur humain....
  • "L'hebdo satirique n'est pas la France", certes!
    J'ai de superbes amis. Que j'aime. Parce qu'ils réfléchissent et travaillent à comprendre leur vie, notre vie, notre société, notre temps. Parfois ils sont ébranlés par des sophistes. Ces excellents parleurs ont accés aux media. Voici un article qui m'a...
  • Interview de Michel Bourse
    Je publie ici, avec son autorisation, l'article paru dans SINTEZA, revue culturelle et d'actualités en Roumanie : questions-réponses entre la rédactrice en chef et Michel Bourse, Sciences de l'Information et de la Communication, Université Galatasaray,...
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 00:25

La réponse est : l’initiation est spirituelle par essence. Et elle n’existe qu’en étant spirituelle. Et : Non, l’initiation ne force pas à une démarche spirituelle consciente.

Dans l’espace, elle est un passage physique, par la disparition-renaissance à soi-même, Phénix vécu collectivement pour participer de l’humaine condition.

 

 

Dans le temps, elle est cet avant-après qui fait disparaître l’instant dont la simple évocation renvoie à Dieu et à sa création. L’initiation n’a pas besoin de religion, elle n’a pas besoin de vous relier, de vous lier, car elle est mouvement, dynamique de votre devenir, elle n’a pas besoin de Présence forcée. Que vous-même face à vous-même. C’est pourquoi elle est spiritualité.

 

 

La question –le titre- a été posée mécaniquement –je ne veux pas dire bêtement- en utilisant une sémantique de l’efficacité, « impliquer », « démarche », mais qui ne concerne ni l’initiation ni aucune interrogation sur l’Etre. L’initiation n’est ni une action volontariste qui serait le produit d’une décision quelconque, ni un point de départ qui supposerait une arrivée, encore moins des niveaux physiques ou des degrés hiérarchiques de savoir ou de pouvoir.

 

 

L’initiation n’implique rien, que soi-même, au sens où je suis tout entier singulièrement concerné car je suis à la fois l’initié et l’initiant. Et je ne marche vers aucun but, je ne démarche pas une pensée quelconque, a fortiori aucune Vérité. Alors ?

 

 

Que peut-elle signifier –sémantique-, que peut-elle accompagner –égrégore-, que peut-elle générer –acacia-, cette initiation dont rien n’est écrit nulle part. Elle est dans le mouvement de ma vie, elle éclaire mes pensées, elle soutient mes réalités.

 

 

Et si le spiritus, inclus dans le mot, désigne l’esprit -dont nous ne savons rien-, c’est pour désigner la racine d’un travail intérieur, conscient ou non, qu’il n’est pas utile pour moi de renvoyer à une quelconque transcendance –une des façons d’évacuer la question-. Car il faut le dire, et le prendre comme socle de travail : il n’existe pas de réponse à la Question[1]. Puisque l’épithète –moteur homérique- de la « Question de l’Etre » est « Sans Réponse ».

 

 

L’initiation est le travail intérieur et collectif –alchimie- sur la Question. Que cela passe ou pas par un « esprit », par une croyance, par un support extérieur, par des dogmes, ne me semble qu’avatars le long du chemin pour tenter, en vain, de trouver des bouées dans la mer. Plus je nage avec mes propres forces, moins je risque de me noyer, ou de m’immoler –comme ceux pour qui la Question est insupportable-.

 

 

D’où l’indispensable soutien de la part de la société qui vous procure la confiance en soi –laïcité-, ce qui est la même chose que la tolérance envers l’Autre. Possible ? Grâce à une garantie politique de la liberté absolue de conscience.

 

 

Etre initié-initiant ne se situe pas obligatoirement au plan de la conscience. Bien des humains y parviennent par des voies non discursives et non réflexives. Dire qu’il n’y a pas de « démarche » signifie qu’il n’y a pas de méthode. Il existe des règles qui peuvent se transmettre, c’st le compagnonnage. La spiritualité est coexistantielle à l’Homme, que le besoin en soit explicite ou pas. L’initiation aussi. C’est pourquoi il n’y a sans doute ni  initiés, ni non-initiés, je préfère dire qu’il y a des consciences spirituelles et d’autres qui n’en ont pas l’usage explicite, consciemment ou pas.

 

 

La conscience de la Question est connexe de l’humilité, au double sens de respect et de modestie : le respect de soi protège d’un quelconque écrasement par Dieu, et la modestie procure le travail permanent de l’ajustement à l’Autre. C’est pourquoi il est plus aisé pour certains d’être conscient de la Question , contrairement à d’autres pour qui il est clair que c’est beaucoup plus agréable de ne pas l’être. Sans aucune supériorité ni normativité de l’un sur l’autre.

 

 

Chacun sa voie au sens de la dynamique du désir d’Etre. Il n’y a pas de chemin, ni devant, ni derrière. Des passages, des envolées, des portes, des fenêtres, des ouvertures, des clartés, des nuées qui parfois, condensées, retombent en pluie sur Terre des Hommes, des amours, des paix, des attentes tranquilles, des sérénités. Il y a cette certitude commune d’être seul-e à Etre, par delà l’assemblage compté de votre existence, car l’Etre de chacun est une certitude éternelle, cela suffit.

 

 

Non qu’il y ait une quelconque continuité à croire et à attendre  toujours cette fameuse confusion entre voie de l’initiation et chemin repérable-, mais je veux dire que mon Etre, posé là dans sa vie actuelle (je parle donc je suis) est une posture éternelle non discutable. J’ai la certitude de mon Etre comme concept d’éternité.

 

 

Ainsi avons-nous l’initiation de deux choses, nous nous sommes initiés à deux certitudes : l’assemblage-désassemblage cellulaire, et l’éternité de notre Etre. Que cela n’intéresse pas directement tout le monde ne me gêne pas. Qu’il y ait des récupérateurs, au nom de « vérités révélées », doit être combattu, car ceux-là mélangent sciemment vie-mort du corps et éternité d’on ne sait quel fantôme spirituel, ce qui est détournement, irrespect et délire. Et profit, domination, usurpation.

 

 

Mon initiation, au sens où j’entre en harmonie avec ma solitude, porte en même temps toute sa spiritualité, au sens où je communie avec l’Humanitude, et je me sustente, je persiste dans l’Etre en ce mouvement initié de singularité plurielle.

Gérard Delacour, Saint Nicolas des Champs, 12 novembre 2007.

 

 

 

 

 

 

 

 



[1]  La QSR ou Question Sans Réponse, in Delacour, G. (2007) SA.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Delacour - dans Publicat GDelacour(c)
commenter cet article

commentaires