Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation De Gdb

  • : Gérard Delacour
  • Gérard Delacour
  • : Oeuvres, articles, récits et photos de Gérard Delacour ©
  • Contact

Publications

_____________________________________________

 

Oeuvres de Gérard Delacour

sous licence CCA (Creative Commons)

Licence Creative Commons
Ces œuvres de Gerard DELACOUR sont mises à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en écrivant à mail@gerarddelacour.com
_____________________________________________

"Les 8 portées de l'information"

Sur le repérage et l'extraction de l'information, du Savoir à la Connaissance
_____________________________________________

"APPRENDRE COMME INVENTER, pour introduire le concept didactique d'insension"

Thèse de doctorat Sc. de l'Education - 2010
Résumé et téléchargement sur: 

INRP - Institut National de Recherche Pédagogique
_____________________________________________

Savoir rédiger un mémoire (M1, M2)

Méthodologie pas à pas pour démarrer et rédiger un mémoire

_____________________________________________

10 nouvelles: "1,2,3,4,5,6,7,8,9,...0"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

"SYZYGY, aphorismes de 1950 à l'an 2000"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

Rechercher

Recherches et Pratiques en Didactique Professionnelle

Le site de l'Association RPDP

 

Recherches et Pratiques en Sciences de l'Éducation


Archives Du Blog

 

« Ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? »  Bertolt Brecht


« Tu rêvais d'être libre et je te continue »  Paul Eluard
(cité par Christiane Taubira aux obsèques de Tignous le 15 janvier 2015)

  ____________________________________________________________________________________

 

Pour être tenu-e informé-e des nouveautés, inscrivez-vous à la newsletter (colonne de gauche en haut) 


  ____________________________________________________________________________________

 

voir le MAHANA's Site...

MaaBlog2.png

 

  ____________________________________________________________________________________

 

  CLIQUER ici pour retourner à l'ensemble du blog GDB

Articles Récents

  • Commençons l'année avec RILKE et TERZIEFF
    Voici mes voeux, pour chaque lecteur, chaque lectrice de ces pages humblement écourtées... Pour tout ce qui ne se dit pas, pour tout ce qu'il n'est pas utile de dire, pour tout ce que nous savons déjà depuis longtemps, dans la Paix de soi avec l'Autre,...
  • L'ami Guy est passé de l'autre côté du miroir
    Notre ami Guy BELLI est parti dans la nuit de samedi à dimanche. Il danse avec son épouse adorée sur la piste de rock qu'il a tant aimée. "L'Amour", me disait-il la semaine dernière, "n'est pas une finalité en soi! L'Amour est le fruit de la Raison, l'enfant...
  • Mr. BEAN, 25 ans
    Le vrai bonheur de rire. Mister BEAN nous accompagne depuis 25 ans!
  • Voir, ne pas se voir
    Cette nuit par ma fenêtre vers le sud puis le sud-ouest, j'ai pu voir cela... Nombreux avons-nous été à nous lever pour regarder le ciel de cette nuit du 28 septembre 2015, entre 3h30 et 5h30... A Paris, du sud au sud-ouest, sur cette ligne de l'écliptique...
  • Crétin, Vrai, Faux...
    Grâce à des analyses "pas fausses" (correspondant à la réalité historiquement vérifiable, par exemple le "tournant libéral de la Gauche en 1983"), Michel ONFRAY consolide son image qu'il souhaite être celle d'un philosophe. Or un philosophe est cet animal...
  • Pitié pour...
    ... les classiques! Dan Tepfer peut surprendre. Surtout parmi les "classiques" qui veulent "conserver". J'ai reçu des commentaires à la fois sur Tepfer et Cioran (qui, comme on le sait, ont fait la résistance ensemble) qui laissent penser que nous vivons...
  • Bach, Dieu et...
    "Sans Bach, la théologie serait dépourvue d'objet, la Création fictive, le néant péremptoire. S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu." Emile-Michel Cioran (1911-1995) Syllogismes de l'amertume (1952) Penser le présent. Le passé, pays...
  • Se libèrer des idéologies du Bonheur...
    Le Petit Bois de Bouleaux... Voilà 70 ans qu'on y a "découvert" —du moins officiellement— l'industrie, ultramoderne à l'époque, au service de l'idéologie nazie du bonheur : faire disparaître —assassiner— tous les parasites responsables du malheur humain....
  • "L'hebdo satirique n'est pas la France", certes!
    J'ai de superbes amis. Que j'aime. Parce qu'ils réfléchissent et travaillent à comprendre leur vie, notre vie, notre société, notre temps. Parfois ils sont ébranlés par des sophistes. Ces excellents parleurs ont accés aux media. Voici un article qui m'a...
  • Interview de Michel Bourse
    Je publie ici, avec son autorisation, l'article paru dans SINTEZA, revue culturelle et d'actualités en Roumanie : questions-réponses entre la rédactrice en chef et Michel Bourse, Sciences de l'Information et de la Communication, Université Galatasaray,...
2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 10:00

EPICURE[1] et l’engagement à l’action

 

 

Si le corps ne souffre pas, si la personne n’est pas troublée, alors je suis disponible pour agir, pour être moi-même engagé tout entier dans ce à quoi je crois, là où je souhaite participer à la fabrique des choses de la vie.

 

 

Comment faire si je ne suis pas en état de faire ? Aucun plaisir forcé, aucune fête, aucun emportement de groupe, aucun festin, aucune nuit en taverne, ne peut me donner la sérénité. Je ne cherche pas les amours humaines, je construis l’Amour de l’Humanité [AmourH].

 

 

Croire que ceux-là et celles-là qui s’enivrent, fument et partousent sont des « épicuriens » est une erreur… sur Epicure. Non pas une erreur morale dont je n’ai rien à dire, mais une erreur de compréhension de ce qui peut nous troubler, comme Epicure nous le dit dans sa lettre à Ménécée[2].

 

 

Ce ne sont pas « les beuveries et les festins continuels, ni la jouissance des garçons et des femmes… », ni la nourriture, qui « engendrent la vie heureuse, mais le raisonnement sobre, cherchant les causes de tout choix et de tout refus, et chassant les opinions par lesquelles le trouble le plus grand s’empare des âmes. »

 

 

Epicure souhaite des plaisirs « stables », c’est-à-dire « l’absence de trouble et l’absence de peine », car les pires douleurs sont celles qui n’appartiennent pas seulement au présent, comme celles du corps, mais qui durent depuis le passé jusque dans l’avenir.

 

 

Tout n’étant qu’assemblage de matière, selon Démocrite, Epicure déclare l’Homme non responsable de ses actions, mais déterminé par les parties programmées pour agir comme elles le font. Même si le clinamen[3] épicurien permet l’écart et donc l’accident, nous sommes déterminés. Cela contredit toute idée de liberté humaine. Contraint par cette théorie atomiste de l’action, l’épicurien doit tendre à l’ataraxie, c’est-à-dire à l’absence de trouble. Epicure n’est pas épicurien. Il prône la juste mesure et l’équilibre qui permettent de bien vivre, dans les limites d’une liberté impossible.

 

 

Il faut relier les notions de plaisir/déplaisir, immobilisme/activisme et pur/impur pour en comprendre un peu plus. Ce qui relie le plaisir à l’activisme et à la notion de pureté est [AmourH]. Bien différent de l’Amour d’un Dieu qui n’agit pas, mais « dit » et contemple ses créatures qu’il juge. Pour le Dieu commun aux monothéismes, l’humanitude est comme le corps humain, impure « du simple fait d’être[4]. »

 

 

Pour Epicure, le sujet humain agit en tant que sujet du verbe –et non le verbe- qui opère sur les compléments, « il fait comme il peut avec ce qu’il a ». Il a un rapport pervers à la notion de liberté puisque rapport de croyance et non pas vérité.

Il ne construit donc rien, il ne peut pas choisir. Tout assemblage est déjà inscrit dans les parties qui s’assemblent, et ce déterminisme se sert de l’Homme pour ce que je souhaite appeler « sa mise en temporalité ».

 

 

C’est sans doute pourquoi Michel Onfray préfère les cyrénaîques aux épicuriens, si j’ai bien compris. C’est que ce déterminisme épicurien est presque religieux !... Il est un confort insensé ! « Plutôt la foi qui apaise que la raison qui soucie[5] », et de déboucher sur la misère spirituelle qui nous est inconnue, car nous n’en avons pas besoin. D’où ces systèmes qui affirment en quoi l’on croit, annoncé y compris sur les billets de banque.

 

 

Non pour remplacer Dieu par un quelconque déisme. Nous n’en avons pas besoin non plus. Nous avons besoin de clarté –comprendre c’est assembler- et de lumières –de porteurs d’action-, ce qui n’a rien à voir avec une vérité [V] que je préfére écrire [nonV] puisqu’elle ne se définit que par son impossibilité d’être atteinte, autant pour la foi religieuse que chez les athées.

 

 

En effet, chercher sans relâche [V] alors qu’il est annoncé qu’elle ne peut jamais [nonV] être trouvée, signifie que c’est la quête et non [V] qui est le moteur de l’action. Le partage de [nonV] est propédeutique à la création de liens [AmourV], où il faut voir l’objet de l’action [AmourH].

Il semble bien qu’Epicure n’ait pas placé son éthique à ce niveau ontologique, mais à celui du « raisonnement sobre ». Pessimisme ? Manque de système politique ad hoc ? Primauté du religieux ? Il nous reste, via Diogéne Laërce, ses tetrapharmacos, quatre principes agissants : ne rien craindre des dieux, ne rien craindre de la mort, atteindre le bonheur dans sa vie est possible, la douleur se supporte au présent.

 

 

On peut être d’accord avec son matérialisme. Mais qui s’opposera encore et toujours à la QSR[6] parfois du côté du trouble spirituel, parfois moteur philosophique. Epicure aurait eu quelques difficultés à accepter la maxime : « Fais ce que dois [AmourH], advienne que pourra [nonV]», qui glorifie l’engagement à savoir, comprendre et agir, ici et maintenant.

 

 

Gérard Delacour ©, navire Saint Nicolas, 25 février 2007

 

 



[1] 341-270 avant JC.

[2] Citée in ONFRAY Michel, L’invention du plaisir, Fragments cyrénaïques, Le livre de Poche, Essais #4323, Paris 2002, p.244.

[3] Parfois les éléments ne suivent pas la route qu’ils devraient suivre, mais sont déviés, même très légérement…

[4] ONFRAY Michel, Traité d’athéologie, Physique de la métaphysique, Bernard Grasset, Paris 2005, p.102.

[5] Op.cit., p.27.

[6] QSR : la Question Sans Réponse (« Pourquoi ne savons-nous pas ? »), voir mon essai « SA ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Delacour - dans Publicat GDelacour(c)
commenter cet article

commentaires