Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation De Gdb

  • : Gérard Delacour
  • Gérard Delacour
  • : Oeuvres, articles, récits et photos de Gérard Delacour ©
  • Contact

Publications

_____________________________________________

 

Oeuvres de Gérard Delacour

sous licence CCA (Creative Commons)

Licence Creative Commons
Ces œuvres de Gerard DELACOUR sont mises à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en écrivant à mail@gerarddelacour.com
_____________________________________________

"Les 8 portées de l'information"

Sur le repérage et l'extraction de l'information, du Savoir à la Connaissance
_____________________________________________

"APPRENDRE COMME INVENTER, pour introduire le concept didactique d'insension"

Thèse de doctorat Sc. de l'Education - 2010
Résumé et téléchargement sur: 

INRP - Institut National de Recherche Pédagogique
_____________________________________________

Savoir rédiger un mémoire (M1, M2)

Méthodologie pas à pas pour démarrer et rédiger un mémoire

_____________________________________________

10 nouvelles: "1,2,3,4,5,6,7,8,9,...0"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

"SYZYGY, aphorismes de 1950 à l'an 2000"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

Rechercher

Recherches et Pratiques en Didactique Professionnelle

Le site de l'Association RPDP

 

Recherches et Pratiques en Sciences de l'Éducation


Archives Du Blog

 

« Ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? »  Bertolt Brecht


« Tu rêvais d'être libre et je te continue »  Paul Eluard
(cité par Christiane Taubira aux obsèques de Tignous le 15 janvier 2015)

  ____________________________________________________________________________________

 

Pour être tenu-e informé-e des nouveautés, inscrivez-vous à la newsletter (colonne de gauche en haut) 


  ____________________________________________________________________________________

 

voir le MAHANA's Site...

MaaBlog2.png

 

  ____________________________________________________________________________________

 

  CLIQUER ici pour retourner à l'ensemble du blog GDB

Articles Récents

  • Commençons l'année avec RILKE et TERZIEFF
    Voici mes voeux, pour chaque lecteur, chaque lectrice de ces pages humblement écourtées... Pour tout ce qui ne se dit pas, pour tout ce qu'il n'est pas utile de dire, pour tout ce que nous savons déjà depuis longtemps, dans la Paix de soi avec l'Autre,...
  • L'ami Guy est passé de l'autre côté du miroir
    Notre ami Guy BELLI est parti dans la nuit de samedi à dimanche. Il danse avec son épouse adorée sur la piste de rock qu'il a tant aimée. "L'Amour", me disait-il la semaine dernière, "n'est pas une finalité en soi! L'Amour est le fruit de la Raison, l'enfant...
  • Mr. BEAN, 25 ans
    Le vrai bonheur de rire. Mister BEAN nous accompagne depuis 25 ans!
  • Voir, ne pas se voir
    Cette nuit par ma fenêtre vers le sud puis le sud-ouest, j'ai pu voir cela... Nombreux avons-nous été à nous lever pour regarder le ciel de cette nuit du 28 septembre 2015, entre 3h30 et 5h30... A Paris, du sud au sud-ouest, sur cette ligne de l'écliptique...
  • Crétin, Vrai, Faux...
    Grâce à des analyses "pas fausses" (correspondant à la réalité historiquement vérifiable, par exemple le "tournant libéral de la Gauche en 1983"), Michel ONFRAY consolide son image qu'il souhaite être celle d'un philosophe. Or un philosophe est cet animal...
  • Pitié pour...
    ... les classiques! Dan Tepfer peut surprendre. Surtout parmi les "classiques" qui veulent "conserver". J'ai reçu des commentaires à la fois sur Tepfer et Cioran (qui, comme on le sait, ont fait la résistance ensemble) qui laissent penser que nous vivons...
  • Bach, Dieu et...
    "Sans Bach, la théologie serait dépourvue d'objet, la Création fictive, le néant péremptoire. S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu." Emile-Michel Cioran (1911-1995) Syllogismes de l'amertume (1952) Penser le présent. Le passé, pays...
  • Se libèrer des idéologies du Bonheur...
    Le Petit Bois de Bouleaux... Voilà 70 ans qu'on y a "découvert" —du moins officiellement— l'industrie, ultramoderne à l'époque, au service de l'idéologie nazie du bonheur : faire disparaître —assassiner— tous les parasites responsables du malheur humain....
  • "L'hebdo satirique n'est pas la France", certes!
    J'ai de superbes amis. Que j'aime. Parce qu'ils réfléchissent et travaillent à comprendre leur vie, notre vie, notre société, notre temps. Parfois ils sont ébranlés par des sophistes. Ces excellents parleurs ont accés aux media. Voici un article qui m'a...
  • Interview de Michel Bourse
    Je publie ici, avec son autorisation, l'article paru dans SINTEZA, revue culturelle et d'actualités en Roumanie : questions-réponses entre la rédactrice en chef et Michel Bourse, Sciences de l'Information et de la Communication, Université Galatasaray,...
15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 23:01

Texte extrait de « La caque sent-elle toujours le hareng ? »

De retour du camp de représailles, le fils imagine comment son père lui raconte certains épisodes de sa vie quotidienne, au cours des cinq années de captivité en Allemagne…

 

 

 

Dès le noir imposé, je n’avais plus qu’une obsession : la visite de mes punaises, celles de ma couche, celles qui aimaient ma chaleur, certains endroits de mon corps osseux étendu là. Je pensais et je disais toujours « couche » parce qu’il n’y avait en fait ni lit, ni matelas, ni paille, rien que des planches qui avaient du appartenir à un arbre jadis et dont les aspérités me semblaient douces ou agressives selon les jours et ma fatigue. Plus j’avais besoin du sommeil qui me faisait défaut, plus j’aimais le moment superbe où l’on s’allonge, relâchant ainsi la tension forcée des muscles attachés au squelette, dans un abandon qui fait tout accepter. Mes punaises étaient sorties et s’activaient, un peu de sueur ici, un peu d’urine ou autre, un peu de poussière grasse ou de boules de salissures glanées au hasard des frottements de la journée, là. Je n’ôtais que mon pantalon, gardant pauvres chaussettes, maillot de corps et laine militaire. Ma fortune était de quatre chaussettes, une chemise, deux maillots, un tricot verdâtre et un morceau de dos d’un pull-over dont je ne savais plus d’où il venait. Le tout pouvait tenir, y compris mon pantalon, dans une petite cantine en bois que je gardais à ma tête, avec une partition de Beethoven, deux crayons, quelques morceaux de papier arrachés à un carnet, un morceau de toile de tente avec lequel j’ai pu, une année, faire de la reliure, une pipe oblongue en belle bruyère bien flammée, un cure-pipe avec ma plaque de soldat en deux parties de zinc. Les deux moitiés de métal gris, encore attachées, portaient chacune mon nom et mon matricule frappés à l’emporte-pièce dans le métal, l’une avec un simple trou pour la ficelle autour du poignet, l’autre avec deux trous, pour clouer sur le cercueil. Le pointillé ménagé dans le métal laissait passer la lumière sous forme de traits allongés, signes de coupure, entre ces deux moitiés du symbole unique de ma vie et de ma mort.

 

J’aimais mes punaises, non qu’elles me piquassent, mais qu’elles continuaient d’être de petites preuves actives et forcenées de l’existence du monde. Je leur disais souvent leur chance de pouvoir partir loin, si elles l’avaient préféré à rester tout le jour à attendre que je vienne m’étendre, au noir venu.

 

Aussi vite qu’elles étaient venues me voir, aussi vite, plus une seule ! C’est l’heure de dormir, comment, pourquoi, je ne sais… Plus tard, plusieurs heures plus tard, elles reviennent, comme pour s’assurer de ma présence, après avoir vécu d’une activité secrète je ne sais où, dans les profondeurs des bois et des plâtres dans cette chambrée. Leur disparition soudaine me disait chaque soir ma solitude que venaient seulement distraire les odeurs de mes compagnons silencieux en ces débuts de nuit. La lourdeur de notre condition, la difficulté de penser notre destin, empêchait même les ronfleurs de ronfler, c’est dire le poids ressenti par les pauvres hères !

 

Silence. Quelques grattements des habitants du dessous du plancher, dans ce vide sanitaire parfois exploré par quelques prisonniers désireux de s’enfuir, le plus souvent repris et toujours rendus à leurs camarades. C’est ce qu’avait fait le commandant allemand du camp. Flanqué de deux sentinelles, il avait posé deux boites remplies de cendres sur la table : « Je vous rapporte vos camarades… Faites-en bon usage !... »

 

J’avais du m’endormir avec ces images et dans mon sommeil, je le voyais ajouter : « Suivez-moi maintenant, c’est l’heure de partir ! » Et mon angoisse montait si haut car je pensais : « Ils nous libèrent ?! Non ! Ils veulent nous tuer, comme ces deux-là ! Ou alors ils ne veulent plus de nous, ils ont compris, ils nous laissent, nous ne les intéressons plus… » Puis réveillé, les yeux grands ouverts dans le noir, heureusement mes punaises étaient revenues, je n’étais pas seul.

 

Mon violon aussi reposait dans sa boite bien fermée et traitée au DTT comme nos baraques. Car il n’était pas question que je le partage avec les hôtes affamés qui dévoraient peintures, vieux vernis et en fait tout ce qui pouvait être décortiqué par leurs mandibules, gros et petits vers, charançons, punaises, araignées, cafards et blattes, une armée besogneuse et sans répit. Je n’oublie pas les poux, les puces et la gale qui faisaient partie de nous-mêmes. Le vilain savon qu’il fallait économiser et qui sentait si mauvais permettait de temps en temps d’avoir l’illusion que l’eau froide arrivait à nous mouiller et donc à nettoyer un peu nos peaux grasses et épaissies par la crasse incrustée.

 

Cela faisait au moins deux ans que je n’avais plus de slip, ni de ceinture à mon pantalon. Je maintenais mon hygiène grâce aux produits de l’infirmerie dont je pouvais utiliser quelques gouttes, juste aux endroits les plus fragiles, adorés par les puces. Parfois je pensais aux gâchis de ma première vie. Je me souvenais que les étudiants en médecine s’entraînaient à savoir faire des piqûres avec des pommes de terre crues dont il fallait percer prestement la peau avec l’aiguille de nos seringues. Toutes ces patates que j’aurai bien voulu manger, nous qui recevions aujourd’hui notre rata quotidien dans des gamelles en ferraille, parfois en aluminium, cabossées et noircies !

 

Les deux petits boites de bois blanc, aux traces de doigts de cendres grises, étaient encore là-bas, sur la table. Personne n’avait voulu y toucher. Le rêve reprit. Le commandant allemand était maintenant en train de blaguer avec le commandant français : «  Donnez-nous quelques juifs afin de m’aider à prouver votre collaboration avec nous… Sinon je ne réponds de rien car la Gestapo doit venir prochainement dans le camp et ils feront leur choix eux-mêmes… » Je me disais : « Il ne va pas répondre, ce salaud !?... » Je le voyais se pencher à l’oreille de l’allemand qui écouta avec attention, puis se leva tranquillement.

 

« J’ai pu trouver un accord avec lui, c’est inespéré ! Heureusement que j’ai sa confiance. Les Français n’ont rien à craindre ! Quant aux autres… Nous n’y sommes pour rien, n’est-ce pas ! Que faire devant une si grande volonté de nettoyer la pègre de l’Europe ?!… »

 

Le mot « pègre » était à la mode depuis des années. Il avait conquis les plus grands dîners, les discours, les universités et les journaux. Il disait tout en quelques lettres et deux syllabes. Le mot fut interrompu dans mon rêve qui courait vite, par l’irruption de deux nazis en grand uniforme… J’étais à la fois spectateur et dans leur esprit, je les comprenais très bien, et ils se disaient : « Les juifs qui sont ici portent le même nom que des proches du Furher… D’ailleurs sont-ils si juden que cela ?... »

 

Je sursautai.

 

Les punaises étaient reparties aussi brusquement qu’elles étaient venues, une fois encore, et j’étais de nouveau seul. Ce n’est que beaucoup plus tard que je me suis aperçu que je ne pensais plus aux autres, ni à ma famille, à ma femme, à mes deux filles, à personne. Je ne pensais plus à personne, non plus à mes parents, j’étais en train de perdre ma subjectivité, je quittais le sujet du verbe, je quittais mon humanité.

 

 

 

Gérard Delacour ©, café Beaubourg septembre 2006

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Delacour - dans Publicat GDelacour(c)
commenter cet article

commentaires

WATIER 16/02/2007 10:04

Ouais. Bien sûr. Tout sauf un commentaire.
Mais maintenant choisis-nous un poème et publie-le.
Bises. Le W.