Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation De Gdb

  • : Gérard Delacour
  • Gérard Delacour
  • : Oeuvres, articles, récits et photos de Gérard Delacour ©
  • Contact

Publications

_____________________________________________

 

Oeuvres de Gérard Delacour

sous licence CCA (Creative Commons)

Licence Creative Commons
Ces œuvres de Gerard DELACOUR sont mises à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en écrivant à mail@gerarddelacour.com
_____________________________________________

"Les 8 portées de l'information"

Sur le repérage et l'extraction de l'information, du Savoir à la Connaissance
_____________________________________________

"APPRENDRE COMME INVENTER, pour introduire le concept didactique d'insension"

Thèse de doctorat Sc. de l'Education - 2010
Résumé et téléchargement sur: 

INRP - Institut National de Recherche Pédagogique
_____________________________________________

Savoir rédiger un mémoire (M1, M2)

Méthodologie pas à pas pour démarrer et rédiger un mémoire

_____________________________________________

10 nouvelles: "1,2,3,4,5,6,7,8,9,...0"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

"SYZYGY, aphorismes de 1950 à l'an 2000"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

Rechercher

Recherches et Pratiques en Didactique Professionnelle

Le site de l'Association RPDP

 

Recherches et Pratiques en Sciences de l'Éducation


Archives Du Blog

 

« Ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? »  Bertolt Brecht


« Tu rêvais d'être libre et je te continue »  Paul Eluard
(cité par Christiane Taubira aux obsèques de Tignous le 15 janvier 2015)

  ____________________________________________________________________________________

 

Pour être tenu-e informé-e des nouveautés, inscrivez-vous à la newsletter (colonne de gauche en haut) 


  ____________________________________________________________________________________

 

voir le MAHANA's Site...

MaaBlog2.png

 

  ____________________________________________________________________________________

 

  CLIQUER ici pour retourner à l'ensemble du blog GDB

Articles Récents

  • Commençons l'année avec RILKE et TERZIEFF
    Voici mes voeux, pour chaque lecteur, chaque lectrice de ces pages humblement écourtées... Pour tout ce qui ne se dit pas, pour tout ce qu'il n'est pas utile de dire, pour tout ce que nous savons déjà depuis longtemps, dans la Paix de soi avec l'Autre,...
  • L'ami Guy est passé de l'autre côté du miroir
    Notre ami Guy BELLI est parti dans la nuit de samedi à dimanche. Il danse avec son épouse adorée sur la piste de rock qu'il a tant aimée. "L'Amour", me disait-il la semaine dernière, "n'est pas une finalité en soi! L'Amour est le fruit de la Raison, l'enfant...
  • Mr. BEAN, 25 ans
    Le vrai bonheur de rire. Mister BEAN nous accompagne depuis 25 ans!
  • Voir, ne pas se voir
    Cette nuit par ma fenêtre vers le sud puis le sud-ouest, j'ai pu voir cela... Nombreux avons-nous été à nous lever pour regarder le ciel de cette nuit du 28 septembre 2015, entre 3h30 et 5h30... A Paris, du sud au sud-ouest, sur cette ligne de l'écliptique...
  • Crétin, Vrai, Faux...
    Grâce à des analyses "pas fausses" (correspondant à la réalité historiquement vérifiable, par exemple le "tournant libéral de la Gauche en 1983"), Michel ONFRAY consolide son image qu'il souhaite être celle d'un philosophe. Or un philosophe est cet animal...
  • Pitié pour...
    ... les classiques! Dan Tepfer peut surprendre. Surtout parmi les "classiques" qui veulent "conserver". J'ai reçu des commentaires à la fois sur Tepfer et Cioran (qui, comme on le sait, ont fait la résistance ensemble) qui laissent penser que nous vivons...
  • Bach, Dieu et...
    "Sans Bach, la théologie serait dépourvue d'objet, la Création fictive, le néant péremptoire. S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu." Emile-Michel Cioran (1911-1995) Syllogismes de l'amertume (1952) Penser le présent. Le passé, pays...
  • Se libèrer des idéologies du Bonheur...
    Le Petit Bois de Bouleaux... Voilà 70 ans qu'on y a "découvert" —du moins officiellement— l'industrie, ultramoderne à l'époque, au service de l'idéologie nazie du bonheur : faire disparaître —assassiner— tous les parasites responsables du malheur humain....
  • "L'hebdo satirique n'est pas la France", certes!
    J'ai de superbes amis. Que j'aime. Parce qu'ils réfléchissent et travaillent à comprendre leur vie, notre vie, notre société, notre temps. Parfois ils sont ébranlés par des sophistes. Ces excellents parleurs ont accés aux media. Voici un article qui m'a...
  • Interview de Michel Bourse
    Je publie ici, avec son autorisation, l'article paru dans SINTEZA, revue culturelle et d'actualités en Roumanie : questions-réponses entre la rédactrice en chef et Michel Bourse, Sciences de l'Information et de la Communication, Université Galatasaray,...
31 décembre 2006 7 31 /12 /décembre /2006 13:57

  

§3, le Pape cite Nietzsche : « Le christianisme donna du poison à Eros : il n’en mourut pas, mais dégénéra en vice[1] » pour, bien entendu, renier cette maxime. Or nous trouvons bien vite de quoi comprendre Nietzsche, un peu plus loin dans le texte de la bulle qui aborde la question du sexe comme « chose » :

 

 

 

 

« En réalité, nous nous trouvons devant une dégradation du corps humain, qui n’est plus intégré dans le tout de la liberté de notre existence, qui n’est plus l’expression vivante de la totalité de notre être, mais qui se trouve comme cantonné au domaine purement biologique. L’apparente exaltation du corps peut bien vite se transformer en haine envers la corporéité » (page 23).

 

 

 

 

Et surtout :

 

 

 

 

« La foi chrétienne a toujours considéré l’homme comme un être un et duel dans lequel l’esprit et la matière s’interpénètrent l’un l’autre et font ainsi tous deux l’expérience d’une nouvelle noblesse. Oui, l’Eros veut nous élever en « extase » vers le Divin, nous conduire au delà de nous –mêmes, mais c’est précisément pourquoi est requis un chemin de montée, de renoncements, de purifications et de guérisons ».

 

 

 

 

Nous y voilà donc, nous étions tant étonnés d’avoir pu espérer comprendre autre chose ! En quelques pages, suivons le chemin tortueux du sophisme papal :

 

 

 

 

Que le Pape énonce aujourd’hui que la foi chrétienne a « toujours » considéré qu’esprit et matière s’éclairent mutuellement est une perversité historique. Pour l’Eglise, il n’existe d’unité humaine que pour exprimer la créature visible de Dieu, tirée de la matière, tombée du Paradis sous sa faute, dans laquelle âme et corps sont opposés en un combat permanent : l’âme étant la part d’image divine, le corps la part de bestialité ancrée dans la matérialité et le péché. Descartes l’avait fort bien compris pour l’avoir installé en une de ses « preuves » de l’existence de Dieu, dont il avait besoin pour ne pas tomber sous les coups de l’Eglise d’alors.

 

 

 

 

Je vais oser, sans attendre, un raccourci des 77 pages de la bulle : la « créature unifiée » dont parle Benoît XVI signifie, comme d’habitude, la victoire de l’âme sur le corps, transfigurant l’Eros en analogie fulgurante de l’offrande du corps du Christ par Dieu à l’humanité ! C’est subtil et intéressant, mais pervers. La différence entre Aristote et Benoît XVI, c’est un Dieu qui aime l’humanité, pour celui-ci, au lieu de n’être qu’un moteur universel pour le premier[2]. Dieu aime l’homme, Dieu est marié à Israël comme mari et femme, il s’agit d’un amour passionné pour son peuple et donc d’une unification charnelle, exprimée notamment par l’anneau de chair de la circoncision. « Mais cette unification ne consiste pas à se fondre l’un dans l’autre[3]… Elle est une unité qui crée l’amour, dans lequel les deux, Dieu et l’homme, restent eux-mêmes et pourtant deviennent totalement un. « Celui qui s’unit au Seigneur n’est avec lui qu’un seul esprit » (Paul, 1 Cor, 6, 17). »

 

 

 

 

Or l’homme est seul depuis toujours. Mais cela ne lui suffit pas, il cherche à se « compléter ». Miracle d’une philologie papale plus que douteuse : « A l’image du Dieu du monothéisme, correspond le mariage monogamique[4] ». Evidemment, cela coule de cette source pervertie, comme le dit Nietzsche. « Le mariage fondé sur un amour exclusif et définitif devient l’icône de Dieu avec son peuple et réciproquement : la façon dont Dieu aime devient la mesure de l’amour humain ». Il y aurait ainsi un lien « étroit » entre Eros et le mariage humain dans la Bible  ! Il ne manque plus qu’un lien dans cette fable, celui de Dieu avec la corporéité de sa créature. Quoi de plus emblématique qu’un fils –pas une fille- comme le vieil Abraham s’y était essayé, mais cette fois, le fils va être immolé pour de bon, « par amour ». « … cet agir de Dieu acquiert maintenant sa forme dramatique dans le fait que, en Jésus-Christ, Dieu lui-même recherche la « brebis perdue », l’humanité souffrante et égarée[5] ».

 

 

 

 

« Nous ne recevons pas seulement le Logos incarné de manière statique, mais nous sommes entraînés dans la dynamique de son offrande. L’image du mariage entre Dieu et Israël devient réalité d’une façon proprement inconcevable : ce qui consistait à se tenir devant Dieu devient maintenant, à travers la participation à l’offrande de Jésus, participation à son corps et à son sang, devient union…[6] »

 

 

 

 

« L’union avec le Christ est en même temps union avec tous ceux auxquels il se donne. Je ne peux avoir le Christ pour moi seul ; je ne peux lui appartenir qu’en union avec tous ceux qui sont devenus ou qui deviendront siens. La communion me tire hors de moi-même vers lui et, en même temps, vers l’unité de tous les chrétiens… un seul corps…[7] ».

 

 

 

 

Bien. Tout est dit. Ce qui m’intéresse tout particulièrement maintenant, c’est de tenter un détournement simple, très simple, du texte de la bulle DEUS EST CARITAS...

 

 

 

 

(à suivre, III…)

 

 

 

 

Gérard Delacour ©, Genève 30 décembre 2006.

 

 

 

 



[1] Nietzsche, Œuvres Philosophiques Complètes, Par delà bien et mal, IV, 168, NRF Gallimard, Paris 1971, p.95.

[2] Cité par Benoît XVI, §9, page 29 : Aristote, Métaphysique, XII, 7.

[3] Op.cit. p. 31.

[4] Op.cit. §11, extraits.

[5] Op.cit. §12, extraits.

[6] Op.cit. §13, extraits.

[7] Op.cit. §14, extraits.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Delacour - dans Publicat GDelacour(c)
commenter cet article

commentaires

WATIER 01/01/2007 11:43

Ouais. J'ai mes réponses. Celles que je craignais, bien sûr. Ces gens sont vraiment la super-crème de la malhonnêteté intellectuelle. C'est à peine croyable.
Mais j'attends bien sûr avec grand intérêt tes propres détournements du texte crapuleux.
MW