Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation De Gdb

  • : Gérard Delacour
  • Gérard Delacour
  • : Oeuvres, articles, récits et photos de Gérard Delacour ©
  • Contact

Publications

_____________________________________________

 

Oeuvres de Gérard Delacour

sous licence CCA (Creative Commons)

Licence Creative Commons
Ces œuvres de Gerard DELACOUR sont mises à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en écrivant à mail@gerarddelacour.com
_____________________________________________

"Les 8 portées de l'information"

Sur le repérage et l'extraction de l'information, du Savoir à la Connaissance
_____________________________________________

"APPRENDRE COMME INVENTER, pour introduire le concept didactique d'insension"

Thèse de doctorat Sc. de l'Education - 2010
Résumé et téléchargement sur: 

INRP - Institut National de Recherche Pédagogique
_____________________________________________

Savoir rédiger un mémoire (M1, M2)

Méthodologie pas à pas pour démarrer et rédiger un mémoire

_____________________________________________

10 nouvelles: "1,2,3,4,5,6,7,8,9,...0"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

"SYZYGY, aphorismes de 1950 à l'an 2000"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

Rechercher

Recherches et Pratiques en Didactique Professionnelle

Le site de l'Association RPDP

 

Recherches et Pratiques en Sciences de l'Éducation


Archives Du Blog

 

« Ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? »  Bertolt Brecht


« Tu rêvais d'être libre et je te continue »  Paul Eluard
(cité par Christiane Taubira aux obsèques de Tignous le 15 janvier 2015)

  ____________________________________________________________________________________

 

Pour être tenu-e informé-e des nouveautés, inscrivez-vous à la newsletter (colonne de gauche en haut) 


  ____________________________________________________________________________________

 

voir le MAHANA's Site...

MaaBlog2.png

 

  ____________________________________________________________________________________

 

  CLIQUER ici pour retourner à l'ensemble du blog GDB

Articles Récents

  • Commençons l'année avec RILKE et TERZIEFF
    Voici mes voeux, pour chaque lecteur, chaque lectrice de ces pages humblement écourtées... Pour tout ce qui ne se dit pas, pour tout ce qu'il n'est pas utile de dire, pour tout ce que nous savons déjà depuis longtemps, dans la Paix de soi avec l'Autre,...
  • L'ami Guy est passé de l'autre côté du miroir
    Notre ami Guy BELLI est parti dans la nuit de samedi à dimanche. Il danse avec son épouse adorée sur la piste de rock qu'il a tant aimée. "L'Amour", me disait-il la semaine dernière, "n'est pas une finalité en soi! L'Amour est le fruit de la Raison, l'enfant...
  • Mr. BEAN, 25 ans
    Le vrai bonheur de rire. Mister BEAN nous accompagne depuis 25 ans!
  • Voir, ne pas se voir
    Cette nuit par ma fenêtre vers le sud puis le sud-ouest, j'ai pu voir cela... Nombreux avons-nous été à nous lever pour regarder le ciel de cette nuit du 28 septembre 2015, entre 3h30 et 5h30... A Paris, du sud au sud-ouest, sur cette ligne de l'écliptique...
  • Crétin, Vrai, Faux...
    Grâce à des analyses "pas fausses" (correspondant à la réalité historiquement vérifiable, par exemple le "tournant libéral de la Gauche en 1983"), Michel ONFRAY consolide son image qu'il souhaite être celle d'un philosophe. Or un philosophe est cet animal...
  • Pitié pour...
    ... les classiques! Dan Tepfer peut surprendre. Surtout parmi les "classiques" qui veulent "conserver". J'ai reçu des commentaires à la fois sur Tepfer et Cioran (qui, comme on le sait, ont fait la résistance ensemble) qui laissent penser que nous vivons...
  • Bach, Dieu et...
    "Sans Bach, la théologie serait dépourvue d'objet, la Création fictive, le néant péremptoire. S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu." Emile-Michel Cioran (1911-1995) Syllogismes de l'amertume (1952) Penser le présent. Le passé, pays...
  • Se libèrer des idéologies du Bonheur...
    Le Petit Bois de Bouleaux... Voilà 70 ans qu'on y a "découvert" —du moins officiellement— l'industrie, ultramoderne à l'époque, au service de l'idéologie nazie du bonheur : faire disparaître —assassiner— tous les parasites responsables du malheur humain....
  • "L'hebdo satirique n'est pas la France", certes!
    J'ai de superbes amis. Que j'aime. Parce qu'ils réfléchissent et travaillent à comprendre leur vie, notre vie, notre société, notre temps. Parfois ils sont ébranlés par des sophistes. Ces excellents parleurs ont accés aux media. Voici un article qui m'a...
  • Interview de Michel Bourse
    Je publie ici, avec son autorisation, l'article paru dans SINTEZA, revue culturelle et d'actualités en Roumanie : questions-réponses entre la rédactrice en chef et Michel Bourse, Sciences de l'Information et de la Communication, Université Galatasaray,...
4 septembre 2006 1 04 /09 /septembre /2006 19:43

Antichambré

 

 

 

Le respect dû aux vieux commence avec la retraite.

 

"Ils ont tout changé les wagons ce matin" dit-elle à sa voisine. Elle est avec son mari, des places de train en "face à face", dès sept heures du matin la crise a commencé puisque les bonnes voitures, avec les bons numéros, ne sont pas en gare. Onze heures de train pour aller à Nice. "Face à face"… "Face à face…" Je n'entends que cela, car je suis à quelques sièges d'eux. Le contrôleur vient de venir vérifier mais "les billets sont perdus, qu'est-ce que tu en as fait?" lui dit-elle, "Tu les as encore perdus! Où les as-tu mis ?". Mais le problème majeur est qu'ils se sont assis en prenant le siège d'une dame, seule, qui n'a plus "sa place". "J'ai demandé en face à face… Parce que je sors d'une opération… Et que je veux changer de sens à Dijon… Sinon je suis malade…" "Moi aussi, j'ai demandé face à face" répond la dame seule. Lorsque cette émission tardive de télévision interroge ce ministre sur sa foi, il répond que Dieu est une personne, que "c'est quelqu'un", sans doute ce face à face —je serai devant sa Face— tant convoité dans les voitures de première classe, ce petit matin de janvier, en province française, par ces vieux qui partent vers le sud. Il leur reste de se chamailler comme les hirondelles sur les fils électriques. Ça piaille "Tu n'y connais rien…" "Tiens, tu vois que les billets étaient bien dans ton blouson…" "Il me fait toujours ça, il oublie les billets…" C'est qu'il a du mal à prendre ce train vers la fin, ce vieil homme.

 

Quant à l'autre, celle qui est seule, elle a pris deux places, une isolée dans un sens, l'autre dans l'autre sens un peu plus loin. A un moment ou à un autre, elle sait qu'elle entrera en contact avec quelqu'un, elle aussi, soit pour parler de la compagnie de chemin de fer qui ne fait décidément pas bien son travail, soit pour s'affronter à l'ennemi envahissant qui a le même numéro de siège qu'elle, arrivé cependant après puisqu'elle est là depuis plus d'une demi-heure. Ces deux places qu'elle "occupe" mettent en scène sa propre présence en double, "face à face" à quelques rangs d'intervalle, sa présence, là où elle n'est pas, étant représentée par sa valise au pied du fauteuil, marque de son double.

 

Le contrôleur est arrivé, dès le départ du train, et notre dame seule veut sa place "face à face". Le contrôleur, énervé, revient vers le couple : "Vous ne pourrez pas faire le voyage en face à face… À moins que madame… Si elle veut bien…" "Mais ce n'est pas de notre faute, à quoi ça sert de réserver un mois à l'avance pour avoir des places face à face…" "Faites une réclamation… À moins que vous ne sachiez pas écrire, et dans ce cas, je ne peux rien faire pour vous…" Il se fâche : "Je fais mon travail et je suis emmerdé… Et croyez bien que je ne vais pas me laisser emmerder par vous…" La dame seule me sourit, je ne réponds pas. Elle a gagné de revenir à sa place. L'homme du couple me lance : "Moi je ne bouge pas, moi aussi j'ai été opéré…" "Allez viens, on va en deuxième classe, à notre place, et ils vont nous rembourser…" "Je vous aide", dit le contrôleur. La dame seule prend sa place, et là, un détail de boulevard fait sourire le vieux : le contrôleur a pris la valise de la dame seule et part vers l'arrière du train suivi de la vieille pleine d'énergie.

 

La dame seule vient vers moi, elle n'a pas encore remarqué que sa valise a disparu : "Moi, ça m'était égal, j'aurais laissé ma place…" me dit-elle. Moi : "Non, je ne crois pas, madame". Trop de méchanceté… Trop de solitude. Un autre personnage entre en action, que je n'avais pas encore remarqué, une vieille juste devant moi, qui se lève, se retourne vers moi et me dit: "J'ai remarqué ça, quand on vieillit, on change, ça ne va plus…" "Ca peut commencer très tôt" lui dis-je. "Non, c'est vraiment avec l'âge, la solitude, la mort qui vient…" Tout a été dit.

 

Le contrôleur revient et demande à vérifier les billets. Lui aussi veut causer. "Vous avez vu… je ne vais pas me laisser faire… ça non! Regardez…" Et il me montre une feuille griffonnée à la main avec la composition du train. "C'est tout ce que j'ai… avec leurs ordinateurs…" Puis tout devient sublime, suis-je ce metteur en scène que j'ai toujours rêvé d'être? "Regardez, vous allez comprendre…" Et il part vers le bout du wagon, éteins la lumière des plafonniers, revient: "Voilà… un cadre de la maison (la SNCF) est assis là, il me dit il n'y a pas de lumière dans cette voiture? Il est pourtant passé devant le bouton, en entrant. Ils ne savent même pas pousser un bouton, les cadres dans les bureaux. Voilà pourquoi je suis emmerdé (il continue), mais ça ne va pas se passer comme ça… Vous aussi vous étiez dans la voiture 18… Ils ne la mettent jamais…" Et il remplit le dos de mon billet pour que je me fasse rembourser la réservation, mention soulignée en rouge. Voici la prose: « composition non conforme, pas de voiture 18 en première classe, pas de voiture 18 en reclassement, voir rapport contrôleur (cachet) train 6130 du 16 janvier… »

 

Esthétique de la solitude. Le contrôleur rapporte la valise de la dame seule. Encore une occasion.

 

© Gérard Delacour, 2006

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Delacour - dans Publicat GDelacour(c)
commenter cet article

commentaires