Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation De Gdb

  • : Gérard Delacour
  • Gérard Delacour
  • : Oeuvres, articles, récits et photos de Gérard Delacour ©
  • Contact

Publications

_____________________________________________

 

Oeuvres de Gérard Delacour

sous licence CCA (Creative Commons)

Licence Creative Commons
Ces œuvres de Gerard DELACOUR sont mises à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en écrivant à mail@gerarddelacour.com
_____________________________________________

"Les 8 portées de l'information"

Sur le repérage et l'extraction de l'information, du Savoir à la Connaissance
_____________________________________________

"APPRENDRE COMME INVENTER, pour introduire le concept didactique d'insension"

Thèse de doctorat Sc. de l'Education - 2010
Résumé et téléchargement sur: 

INRP - Institut National de Recherche Pédagogique
_____________________________________________

Savoir rédiger un mémoire (M1, M2)

Méthodologie pas à pas pour démarrer et rédiger un mémoire

_____________________________________________

10 nouvelles: "1,2,3,4,5,6,7,8,9,...0"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

"SYZYGY, aphorismes de 1950 à l'an 2000"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

Rechercher

Recherches et Pratiques en Didactique Professionnelle

Le site de l'Association RPDP

 

Recherches et Pratiques en Sciences de l'Éducation


Archives Du Blog

 

« Ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? »  Bertolt Brecht


« Tu rêvais d'être libre et je te continue »  Paul Eluard
(cité par Christiane Taubira aux obsèques de Tignous le 15 janvier 2015)

  ____________________________________________________________________________________

 

Pour être tenu-e informé-e des nouveautés, inscrivez-vous à la newsletter (colonne de gauche en haut) 


  ____________________________________________________________________________________

 

voir le MAHANA's Site...

MaaBlog2.png

 

  ____________________________________________________________________________________

 

  CLIQUER ici pour retourner à l'ensemble du blog GDB

Articles Récents

  • Commençons l'année avec RILKE et TERZIEFF
    Voici mes voeux, pour chaque lecteur, chaque lectrice de ces pages humblement écourtées... Pour tout ce qui ne se dit pas, pour tout ce qu'il n'est pas utile de dire, pour tout ce que nous savons déjà depuis longtemps, dans la Paix de soi avec l'Autre,...
  • L'ami Guy est passé de l'autre côté du miroir
    Notre ami Guy BELLI est parti dans la nuit de samedi à dimanche. Il danse avec son épouse adorée sur la piste de rock qu'il a tant aimée. "L'Amour", me disait-il la semaine dernière, "n'est pas une finalité en soi! L'Amour est le fruit de la Raison, l'enfant...
  • Mr. BEAN, 25 ans
    Le vrai bonheur de rire. Mister BEAN nous accompagne depuis 25 ans!
  • Voir, ne pas se voir
    Cette nuit par ma fenêtre vers le sud puis le sud-ouest, j'ai pu voir cela... Nombreux avons-nous été à nous lever pour regarder le ciel de cette nuit du 28 septembre 2015, entre 3h30 et 5h30... A Paris, du sud au sud-ouest, sur cette ligne de l'écliptique...
  • Crétin, Vrai, Faux...
    Grâce à des analyses "pas fausses" (correspondant à la réalité historiquement vérifiable, par exemple le "tournant libéral de la Gauche en 1983"), Michel ONFRAY consolide son image qu'il souhaite être celle d'un philosophe. Or un philosophe est cet animal...
  • Pitié pour...
    ... les classiques! Dan Tepfer peut surprendre. Surtout parmi les "classiques" qui veulent "conserver". J'ai reçu des commentaires à la fois sur Tepfer et Cioran (qui, comme on le sait, ont fait la résistance ensemble) qui laissent penser que nous vivons...
  • Bach, Dieu et...
    "Sans Bach, la théologie serait dépourvue d'objet, la Création fictive, le néant péremptoire. S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu." Emile-Michel Cioran (1911-1995) Syllogismes de l'amertume (1952) Penser le présent. Le passé, pays...
  • Se libèrer des idéologies du Bonheur...
    Le Petit Bois de Bouleaux... Voilà 70 ans qu'on y a "découvert" —du moins officiellement— l'industrie, ultramoderne à l'époque, au service de l'idéologie nazie du bonheur : faire disparaître —assassiner— tous les parasites responsables du malheur humain....
  • "L'hebdo satirique n'est pas la France", certes!
    J'ai de superbes amis. Que j'aime. Parce qu'ils réfléchissent et travaillent à comprendre leur vie, notre vie, notre société, notre temps. Parfois ils sont ébranlés par des sophistes. Ces excellents parleurs ont accés aux media. Voici un article qui m'a...
  • Interview de Michel Bourse
    Je publie ici, avec son autorisation, l'article paru dans SINTEZA, revue culturelle et d'actualités en Roumanie : questions-réponses entre la rédactrice en chef et Michel Bourse, Sciences de l'Information et de la Communication, Université Galatasaray,...
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 12:46
_____
1970
 
Les chambres d’hôtel inspirent toujours les voyageurs seuls.
Le vide de ces lieux inconnus, où vous êtes inconnu, où personne ne sait que vous êtes ni où vous êtes. Vous avez disparu, juste une petite case vous contient. Il ne serait pas question que la porte s’ouvrît.
 
_____
1971
 
Délirer.
Qui ne s’est essayé à démontrer qu’il s’agissait soit d’une anomalie de la raison, soit d’une méchante substance chimique qui passait par là?
Le début de l’ére du binaire a institué l’interdiction de délirer, comme de se tromper, de se contredire, de changer d’avis. 0 ou 1, voilà le credo de la fin du siècle, dans trente ans.
Les machines à déduire tenteront, elles aussi, de prouver qu’on peut créer sans délirer, et que raison et raisonnement sont les effets de vastes combinaisons. Il se peut même que notre civilisation se replie sur des dogmes numérisés, ce serait un accident majeur pour la pensée humaine.
 
_____
1972
 
Comme une tempête de sable. Explosion, terre soufflée dans la courte-paille. Ils sont bien nombreux, depuis Arthur KOESTLER et sa femme, à être partis au moment décidé.
Mais MONTAIGNE: “La mort n’est rien. Le mourir est tout”.
 
_____
1973
 
11 Septembre, Salvador ALLENDE est assassiné.
Ivrogne franc-maçon démocrate donc mou? C’est justice, non?… Au moins, avec les militaires, pas de démocratie, s’exerce la fasci-nation, sorte de lifting politique, obsession du nettoyé.
C’est dans le cul de GARCIA-LORCA qu’ils ont tiré en hurlant: “A bas l’intelligence, vive la mort!”
Jusqu’à quand au Troisième Millénaire?
 
_____
1974
 
Suivi socio-éducatif d'un paranoïaque, déjà psychiatrisé, un cas lourd, entretien prostré, croit qu'il y a des caméras et des écoutes, donc silence. J'ai FAIT: j'ai regardé derrière la porte, tatonné les murs, les affiches, je suis rentré dans son jeu, détendu, riant!
Nécessité d'une permission de sortie, refusée vu son comportement car agressif, "imprévisible avec la surveillance", violences physiques avec des extincteurs sur les gardiens.
Comme je ne le savais pas avant, on a pu parler toute l’heure.
 
_____
1975
 
"Vous a-t-on jamais dit que vous étiez stérile ?" dit ce gynécologue.
Retrouvé assassiné sauvagement par une éprouvette.
Les suivants furent un peu plus prudents dans leurs affirmations.
 
 
 
_____
1976
 
Combien de fois peut-on se tromper au cours de sa vie?
“Autant de fois qu’on répète cette jouissance” répond le psychanalyste, “cela s’appelle névrose”.
“Le moins possible” répond le rationaliste, “cela s’appelle connaître”.
“Aussi longtemps qu’on ne prend pas force dans la foi” dit le religieux, “cela s’appelle solitude de l’incroyant”.
“Autant qu’on en a envie” répond le pervers”, “cela s’appelle jouer au bord du précipice”.
“Tant qu’on n’a pas d’expérience” répond la notoriété publique, “cela s’appelle jeunesse”.
“Le moins possible” répond le diplômé, “cela s’appelle mal gèrer sa carrière”.
Se tromper, se contredire… Et nous qui pensions que c’était si enrichissant de l’accepter…, de le partager…
 
_____
1977
 
Je pensais déjà depuis quelque temps: “N’est-ce point dans son propre parti qu'on trouve ses pires ennemis?” Et c'est cette époque précise que je me remémorais pour y trouver quelque explication à mes difficultés d'être. Cela faisait des années que je laissais transparaître mon aversion pour l'Institution.
Rien n'aurait pu parvenir à me convaincre de pactiser avec Elle, du moins pas davantage que je n’avais déjà l'impression de le faire. Je n'aurais d'ailleurs pas su comment.
Les autres, eux, s'en tiraient plutôt bien. Ils étaient le plus souvent au chaud, dans des jobs un peu poussiéreux mais confortables, voire gratifiants. Ils ne semblaient pas avoir de problèmes de fin de mois ni de problèmes d'impôts. Alors pourquoi "l'insersion sociale" et ses bienfaits m'étaient-t-ils refusés? Le destin m'avait déjà fait le coup des poètes maudits, mais je ne croyais plus non plus jamais pouvoir un jour appartenir nommément à telle caste télévisable.
La réalité est probablement ce que Proust en écrit, à propos de sa relation à la question d'être adulte ou pas. Chaque jour, il se disait que "c'est demain matin que la vie va commencer". Son père lui fit remarquer brusquement qu’elle était déjà commencée.
_____
1978
 
La route à prendre porte un panneau “étroite et dangereuse”, ce 28 Janvier d’hiver, vers le village de l’Escarène, et le silence du passé emplit les Alpes du Sud que je traverse seul, tandis que la radio de ma voiture rocaille tant bien que mal un Bach venu du fond de sa retraite ptoléméenne et protestante.
Lorsqu’on est tout seul dans un petit restaurant de village, le maternage curieux est de mise, accompagné de la demie de rouge local et de la tarte aux pommes maison.
Et… cette sorte de lèvres à la fois fines et pulpeuses du patron de restaurant qui aime ses vins et qui sait les goûter, mais suffisamment petites pour indiquer qu’il n’est généreux qu’avec la bouteille, car pour le reste, c’est la sécheresse.
Les ruines des édifices passés attirent ceux qui le plus souvent n’ont pas achevé de construire, comme pour se masquer à eux-mêmes qu’ils n’ont pas réussi, comme si la réalité démolie pouvait prendre la place de ce qui n’a jamais existé.
 
_____
1979
 
1979, Cuba est capitale du Tiers-Monde.
Fidel CASTRO donne des heures de discours.
On parle souvent des Droits de l’Homme, on devrait parler plutôt des Droits de l’Humanité… Pourquoi certains vivent-ils 35 ans pour que d’autres puissent vivre 70?… Pourquoi des enfants meurent de faim pendant que d’autres vivent dans l’excès des richesses?”.
Dix ans plus tard, les médias ont décidé que les discours de CASTRO sont devenus trop longs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Delacour - dans Publicat GDelacour(c)
commenter cet article

commentaires