Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation De Gdb

  • : Gérard Delacour
  • Gérard Delacour
  • : Oeuvres, articles, récits et photos de Gérard Delacour ©
  • Contact

Publications

_____________________________________________

 

Oeuvres de Gérard Delacour

sous licence CCA (Creative Commons)

Licence Creative Commons
Ces œuvres de Gerard DELACOUR sont mises à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en écrivant à mail@gerarddelacour.com
_____________________________________________

"Les 8 portées de l'information"

Sur le repérage et l'extraction de l'information, du Savoir à la Connaissance
_____________________________________________

"APPRENDRE COMME INVENTER, pour introduire le concept didactique d'insension"

Thèse de doctorat Sc. de l'Education - 2010
Résumé et téléchargement sur: 

INRP - Institut National de Recherche Pédagogique
_____________________________________________

Savoir rédiger un mémoire (M1, M2)

Méthodologie pas à pas pour démarrer et rédiger un mémoire

_____________________________________________

10 nouvelles: "1,2,3,4,5,6,7,8,9,...0"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

"SYZYGY, aphorismes de 1950 à l'an 2000"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

Rechercher

Recherches et Pratiques en Didactique Professionnelle

Le site de l'Association RPDP

 

Recherches et Pratiques en Sciences de l'Éducation


Archives Du Blog

 

« Ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? »  Bertolt Brecht


« Tu rêvais d'être libre et je te continue »  Paul Eluard
(cité par Christiane Taubira aux obsèques de Tignous le 15 janvier 2015)

  ____________________________________________________________________________________

 

Pour être tenu-e informé-e des nouveautés, inscrivez-vous à la newsletter (colonne de gauche en haut) 


  ____________________________________________________________________________________

 

voir le MAHANA's Site...

MaaBlog2.png

 

  ____________________________________________________________________________________

 

  CLIQUER ici pour retourner à l'ensemble du blog GDB

Articles Récents

  • Commençons l'année avec RILKE et TERZIEFF
    Voici mes voeux, pour chaque lecteur, chaque lectrice de ces pages humblement écourtées... Pour tout ce qui ne se dit pas, pour tout ce qu'il n'est pas utile de dire, pour tout ce que nous savons déjà depuis longtemps, dans la Paix de soi avec l'Autre,...
  • L'ami Guy est passé de l'autre côté du miroir
    Notre ami Guy BELLI est parti dans la nuit de samedi à dimanche. Il danse avec son épouse adorée sur la piste de rock qu'il a tant aimée. "L'Amour", me disait-il la semaine dernière, "n'est pas une finalité en soi! L'Amour est le fruit de la Raison, l'enfant...
  • Mr. BEAN, 25 ans
    Le vrai bonheur de rire. Mister BEAN nous accompagne depuis 25 ans!
  • Voir, ne pas se voir
    Cette nuit par ma fenêtre vers le sud puis le sud-ouest, j'ai pu voir cela... Nombreux avons-nous été à nous lever pour regarder le ciel de cette nuit du 28 septembre 2015, entre 3h30 et 5h30... A Paris, du sud au sud-ouest, sur cette ligne de l'écliptique...
  • Crétin, Vrai, Faux...
    Grâce à des analyses "pas fausses" (correspondant à la réalité historiquement vérifiable, par exemple le "tournant libéral de la Gauche en 1983"), Michel ONFRAY consolide son image qu'il souhaite être celle d'un philosophe. Or un philosophe est cet animal...
  • Pitié pour...
    ... les classiques! Dan Tepfer peut surprendre. Surtout parmi les "classiques" qui veulent "conserver". J'ai reçu des commentaires à la fois sur Tepfer et Cioran (qui, comme on le sait, ont fait la résistance ensemble) qui laissent penser que nous vivons...
  • Bach, Dieu et...
    "Sans Bach, la théologie serait dépourvue d'objet, la Création fictive, le néant péremptoire. S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu." Emile-Michel Cioran (1911-1995) Syllogismes de l'amertume (1952) Penser le présent. Le passé, pays...
  • Se libèrer des idéologies du Bonheur...
    Le Petit Bois de Bouleaux... Voilà 70 ans qu'on y a "découvert" —du moins officiellement— l'industrie, ultramoderne à l'époque, au service de l'idéologie nazie du bonheur : faire disparaître —assassiner— tous les parasites responsables du malheur humain....
  • "L'hebdo satirique n'est pas la France", certes!
    J'ai de superbes amis. Que j'aime. Parce qu'ils réfléchissent et travaillent à comprendre leur vie, notre vie, notre société, notre temps. Parfois ils sont ébranlés par des sophistes. Ces excellents parleurs ont accés aux media. Voici un article qui m'a...
  • Interview de Michel Bourse
    Je publie ici, avec son autorisation, l'article paru dans SINTEZA, revue culturelle et d'actualités en Roumanie : questions-réponses entre la rédactrice en chef et Michel Bourse, Sciences de l'Information et de la Communication, Université Galatasaray,...
11 novembre 2005 5 11 /11 /novembre /2005 00:00

Succession 1

 

 

Accident. Je suis en insécurité. L’air n’est pas tranquille. Boite aux lettres et fenêtres sont mal fermées, ou bien vont être envahies par les ennuis sans fin. Le droit rôde. La parole est close, elle est morte, enallée avec le cercueil, redoublant d’enfermement, linceul, boite, fosse, dalle, caveau. La maison est vidée, même les crochets X n’y ont pas résisté.

 

 

Nous n’avons pas cessé de nous méconnaître. Les photos mentent sur la période, et l’histoire est illisible. Ce qu’il fallait dire n’a plus de voix. Le dernier convoi est parti. Nuage de points, papier glacé, blancheur solaire, sourires inextinguibles. L’air n’est pas tranquille.

 

 

J’ai tenté le bouche à bouche, j’y ai perdu le souffle, j’ai respiré trop tôt, j’ai manqué me noyer. J’ai donné la main à un corps-mort de paquebot, j’y ai laissé ma foi, j’ai appris le silence, j’ai connu le souterrain.

 

 

Les trains sont partis chacun de leur côté, et pourtant ils étaient proches. Tout en verre securit, tout en portes automatiques, tout plus coupant que des lames, rangés le long des rails, si proches à l’heure du baiser sur le front, nous, enfants des chambres noires.

 

 

Les notaires téléphonent et renseignent. Ecrivent. Ils passent comme des robes empesées, lourdes et sans bruit. L’air est déplacé, l’air n’est pas tranquille. Missives et choses se cachent. Chacun craint d’être désigné. Chacun calcule le temps pour passer du temps avant de répondre, les questions sont rares, tranchantes comme des sabres encore propres. Les objets s’éparpillent, les odeurs disparaissent, recouvertes par d’autres. Les camions emportent.

 

 

Je suis insécurité, ma peau vibre, je ne suis pas en paix. Personne au-dessus de moi, orphelin nouveau venu sur la terre humide et meuble, où poser le pied ? L’air n’est pas tranquille, j’ai à répondre de mon choix. Mon avis, consulté, noté, a force invisible sur les questions des autres. Ce sont des égoûts où se perdent les lettres d’amour, où l’encre sympathique ne dévoile que fadaises, passé reécrit d’un coup, autrement[1].

 

 

L’air n’est pas tranquille. Je n’y reconnais rien, récit passé, j’apprends la mort, papiers pliés, boites à chaussures, cartons durcis, cintres. Mort, anneau ouvert, lien des images, transmission vidée, succès du vide, plus personne devant moi.

 

 

                © Gérard Delacour

 

Saint-Lunaire, 11 février 2004.

 


[1] « Le passé est un pays étranger, les choses s’y font autrement ». En exergue au début du film « The Go-Between » de Joseph Losey.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Delacour - dans Publicat GDelacour(c)
commenter cet article

commentaires