Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation De Gdb

  • : Gérard Delacour
  • Gérard Delacour
  • : Oeuvres, articles, récits et photos de Gérard Delacour ©
  • Contact

Publications

_____________________________________________

 

Oeuvres de Gérard Delacour

sous licence CCA (Creative Commons)

Licence Creative Commons
Ces œuvres de Gerard DELACOUR sont mises à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en écrivant à mail@gerarddelacour.com
_____________________________________________

"Les 8 portées de l'information"

Sur le repérage et l'extraction de l'information, du Savoir à la Connaissance
_____________________________________________

"APPRENDRE COMME INVENTER, pour introduire le concept didactique d'insension"

Thèse de doctorat Sc. de l'Education - 2010
Résumé et téléchargement sur: 

INRP - Institut National de Recherche Pédagogique
_____________________________________________

Savoir rédiger un mémoire (M1, M2)

Méthodologie pas à pas pour démarrer et rédiger un mémoire

_____________________________________________

10 nouvelles: "1,2,3,4,5,6,7,8,9,...0"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

"SYZYGY, aphorismes de 1950 à l'an 2000"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

Rechercher

Recherches et Pratiques en Didactique Professionnelle

Le site de l'Association RPDP

 

Recherches et Pratiques en Sciences de l'Éducation


Archives Du Blog

 

« Ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? »  Bertolt Brecht


« Tu rêvais d'être libre et je te continue »  Paul Eluard
(cité par Christiane Taubira aux obsèques de Tignous le 15 janvier 2015)

  ____________________________________________________________________________________

 

Pour être tenu-e informé-e des nouveautés, inscrivez-vous à la newsletter (colonne de gauche en haut) 


  ____________________________________________________________________________________

 

voir le MAHANA's Site...

MaaBlog2.png

 

  ____________________________________________________________________________________

 

  CLIQUER ici pour retourner à l'ensemble du blog GDB

Articles Récents

  • Commençons l'année avec RILKE et TERZIEFF
    Voici mes voeux, pour chaque lecteur, chaque lectrice de ces pages humblement écourtées... Pour tout ce qui ne se dit pas, pour tout ce qu'il n'est pas utile de dire, pour tout ce que nous savons déjà depuis longtemps, dans la Paix de soi avec l'Autre,...
  • L'ami Guy est passé de l'autre côté du miroir
    Notre ami Guy BELLI est parti dans la nuit de samedi à dimanche. Il danse avec son épouse adorée sur la piste de rock qu'il a tant aimée. "L'Amour", me disait-il la semaine dernière, "n'est pas une finalité en soi! L'Amour est le fruit de la Raison, l'enfant...
  • Mr. BEAN, 25 ans
    Le vrai bonheur de rire. Mister BEAN nous accompagne depuis 25 ans!
  • Voir, ne pas se voir
    Cette nuit par ma fenêtre vers le sud puis le sud-ouest, j'ai pu voir cela... Nombreux avons-nous été à nous lever pour regarder le ciel de cette nuit du 28 septembre 2015, entre 3h30 et 5h30... A Paris, du sud au sud-ouest, sur cette ligne de l'écliptique...
  • Crétin, Vrai, Faux...
    Grâce à des analyses "pas fausses" (correspondant à la réalité historiquement vérifiable, par exemple le "tournant libéral de la Gauche en 1983"), Michel ONFRAY consolide son image qu'il souhaite être celle d'un philosophe. Or un philosophe est cet animal...
  • Pitié pour...
    ... les classiques! Dan Tepfer peut surprendre. Surtout parmi les "classiques" qui veulent "conserver". J'ai reçu des commentaires à la fois sur Tepfer et Cioran (qui, comme on le sait, ont fait la résistance ensemble) qui laissent penser que nous vivons...
  • Bach, Dieu et...
    "Sans Bach, la théologie serait dépourvue d'objet, la Création fictive, le néant péremptoire. S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu." Emile-Michel Cioran (1911-1995) Syllogismes de l'amertume (1952) Penser le présent. Le passé, pays...
  • Se libèrer des idéologies du Bonheur...
    Le Petit Bois de Bouleaux... Voilà 70 ans qu'on y a "découvert" —du moins officiellement— l'industrie, ultramoderne à l'époque, au service de l'idéologie nazie du bonheur : faire disparaître —assassiner— tous les parasites responsables du malheur humain....
  • "L'hebdo satirique n'est pas la France", certes!
    J'ai de superbes amis. Que j'aime. Parce qu'ils réfléchissent et travaillent à comprendre leur vie, notre vie, notre société, notre temps. Parfois ils sont ébranlés par des sophistes. Ces excellents parleurs ont accés aux media. Voici un article qui m'a...
  • Interview de Michel Bourse
    Je publie ici, avec son autorisation, l'article paru dans SINTEZA, revue culturelle et d'actualités en Roumanie : questions-réponses entre la rédactrice en chef et Michel Bourse, Sciences de l'Information et de la Communication, Université Galatasaray,...
11 novembre 2005 5 11 /11 /novembre /2005 00:00

Mort Media

 

 

Mais à quel point de déni sommes-nous parvenus pour que la mort soit médico-psychologisée ainsi ? Rouler en SAMU dans la transfusion salie des accidents, dans la mer parsemée de débris, se rouler dans le détail des déversoirs médiatiques qui fabriquent l’épuration du spectateur.

 

 

Banal : un avion, mal entretenu, enrichissait bien ses propriétaires et faisaient vivre de pauvres navigants. Des touristes, ces bulles de savon déguisées, revenaient d’un déplacement en Egypte. Deux virages et 17 secondes après le décollage, le Boeing les entraîne brusquement au fond de la Mer Rouge , jusqu’au bord incliné d’une falaise sous marine. Seule trace active : un très faible signal parvient de la boite NOIRE.

 

 

Les fleurs, les ministres, les témoignages, puis la photo de Paris-Match, sont les éléments obligatoires de ce commerce de détail. La recette est la même qu’à l’événement précédent, la minutie recouvre le « sérieux », la parole politicienne recouvre les élections proches, le théâtre occulte la perversité et le tout coûte, s’achète, se vend, se dit, se montre et se remontre en une mise en névrose répétitive, comme il se doit.

 

 

La mort publique de quelques villégiaturés n’est pas celle d’un africain malade, ou d’un soldat victime d’une erreur de tir, ou encore d’un prisonnier désespéré. Cette mise en scène me concerne bien car elle concerne l’absurdité de la vie telle que présentée par notre civilisation.

 

 

Tout y est : la victime innocente, chacun de nous, en état de grâce de retour de vacances, le soleil du pays des pharaons, au bord d’une mer mythique qui baigne la terre ancestrale, l’eau chaude et mystérieusement profonde, vertigineuse, la technique vieillissante et ennemie jouée par l’avion cercueil, le vendeur de rêves, ambassade « fram »çaise qui promeut chacun en VIP du maillot égypto-cultureux, l’attente de l’arrivée définitivement retardée à l’aéroport de Paris émiettée par le journaliste –ah ! l’article du journal Le Monde[1]--, le ministre des affaires « étranges », mais en fait bien ordinaires, qui vient en croque-mort nous assurer de ses condoléances aux familles –sauf pour la famille de 7 personnes qui est toute entière au fond de l’eau--, paré de sa dignité feinte qui devrait le servir un jour d’urnes prochain, le bureaucrate directeur de l’aviation civile (pas de faits de guerre ici, des faits divers de la mort commune) empêtré dans ses accords internationaux et à mille mille des boulons manquants, des fausses « pièces d’origine » asiatiques et des mécaniques défectueuses.

 

 

La recette est parfaite : il y a la vie et la mort, l’innocence, les sciences et techniques, le destin, la politique, les médecins et psychologues pour les vivants. Donc nous sommes bien vivants, puisque nous assistons au spectacle vécu par d’autres, morts, et ainsi en boucle jusqu’à la prochaine occasion.

 

 

Ici une passerelle qui menait au plus grand paquebot jamais construit –entendez un embarquement pour Cythère--, là un charter –entendez une barque vers les enfers-- .

 

 

Obsession de cette civilisation face à son incapacité à penser la Mort et la fatalité du Survenu.

 

 

Manque de discours sur l’acceptation de la Condition de l’Homme.

 

 

Marchandisation journalistique, mortifaire pour la Démocratie.

 

 

Mais la contemporaine jouissance, ici encore, provoquée par ces scènes de victimisation expiatoire, interdit absolument qu’il en soit débattu. C’est sur cette perversité là –cette catégorie de plaisir non analysé-- qu’il faut discourir afin d’atteindre à une meilleure maîtrise de Soi devant l’Incontournable.

 

                © Gérard Delacour

 

 

Paris, 6 janvier 2004.

 

 



[1]  Le Monde du 6 janvier 2003, p.11-12 « Le crash du vol FSH 604 », « La détresse des familles et l’embarras des officiels dans le hall T3 de l’aéroport Charles-de-Gaulle » : « « delayed », retardé, dit longtemps le panneau dans le langage de l’aéroport… ». Et un lapsus calami se glisse à la colonne suivante : « les arrivants… sont invités à se présenter… » pour les « attendants du vol… ». Tous les détails vécus, nous sommes aussi des « attendants » d’un spectacle que nous ne verrons pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Delacour - dans Publicat GDelacour(c)
commenter cet article

commentaires