Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation De Gdb

  • : Gérard Delacour
  • Gérard Delacour
  • : Oeuvres, articles, récits et photos de Gérard Delacour ©
  • Contact

Publications

_____________________________________________

 

Oeuvres de Gérard Delacour

sous licence CCA (Creative Commons)

Licence Creative Commons
Ces œuvres de Gerard DELACOUR sont mises à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en écrivant à mail@gerarddelacour.com
_____________________________________________

"Les 8 portées de l'information"

Sur le repérage et l'extraction de l'information, du Savoir à la Connaissance
_____________________________________________

"APPRENDRE COMME INVENTER, pour introduire le concept didactique d'insension"

Thèse de doctorat Sc. de l'Education - 2010
Résumé et téléchargement sur: 

INRP - Institut National de Recherche Pédagogique
_____________________________________________

Savoir rédiger un mémoire (M1, M2)

Méthodologie pas à pas pour démarrer et rédiger un mémoire

_____________________________________________

10 nouvelles: "1,2,3,4,5,6,7,8,9,...0"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

"SYZYGY, aphorismes de 1950 à l'an 2000"

Protection cléoProtégé par Cléo



_____________________________________________ 

Rechercher

Recherches et Pratiques en Didactique Professionnelle

Le site de l'Association RPDP

 

Recherches et Pratiques en Sciences de l'Éducation


Archives Du Blog

 

« Ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? »  Bertolt Brecht


« Tu rêvais d'être libre et je te continue »  Paul Eluard
(cité par Christiane Taubira aux obsèques de Tignous le 15 janvier 2015)

  ____________________________________________________________________________________

 

Pour être tenu-e informé-e des nouveautés, inscrivez-vous à la newsletter (colonne de gauche en haut) 


  ____________________________________________________________________________________

 

voir le MAHANA's Site...

MaaBlog2.png

 

  ____________________________________________________________________________________

 

  CLIQUER ici pour retourner à l'ensemble du blog GDB

Articles Récents

  • Commençons l'année avec RILKE et TERZIEFF
    Voici mes voeux, pour chaque lecteur, chaque lectrice de ces pages humblement écourtées... Pour tout ce qui ne se dit pas, pour tout ce qu'il n'est pas utile de dire, pour tout ce que nous savons déjà depuis longtemps, dans la Paix de soi avec l'Autre,...
  • L'ami Guy est passé de l'autre côté du miroir
    Notre ami Guy BELLI est parti dans la nuit de samedi à dimanche. Il danse avec son épouse adorée sur la piste de rock qu'il a tant aimée. "L'Amour", me disait-il la semaine dernière, "n'est pas une finalité en soi! L'Amour est le fruit de la Raison, l'enfant...
  • Mr. BEAN, 25 ans
    Le vrai bonheur de rire. Mister BEAN nous accompagne depuis 25 ans!
  • Voir, ne pas se voir
    Cette nuit par ma fenêtre vers le sud puis le sud-ouest, j'ai pu voir cela... Nombreux avons-nous été à nous lever pour regarder le ciel de cette nuit du 28 septembre 2015, entre 3h30 et 5h30... A Paris, du sud au sud-ouest, sur cette ligne de l'écliptique...
  • Crétin, Vrai, Faux...
    Grâce à des analyses "pas fausses" (correspondant à la réalité historiquement vérifiable, par exemple le "tournant libéral de la Gauche en 1983"), Michel ONFRAY consolide son image qu'il souhaite être celle d'un philosophe. Or un philosophe est cet animal...
  • Pitié pour...
    ... les classiques! Dan Tepfer peut surprendre. Surtout parmi les "classiques" qui veulent "conserver". J'ai reçu des commentaires à la fois sur Tepfer et Cioran (qui, comme on le sait, ont fait la résistance ensemble) qui laissent penser que nous vivons...
  • Bach, Dieu et...
    "Sans Bach, la théologie serait dépourvue d'objet, la Création fictive, le néant péremptoire. S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu." Emile-Michel Cioran (1911-1995) Syllogismes de l'amertume (1952) Penser le présent. Le passé, pays...
  • Se libèrer des idéologies du Bonheur...
    Le Petit Bois de Bouleaux... Voilà 70 ans qu'on y a "découvert" —du moins officiellement— l'industrie, ultramoderne à l'époque, au service de l'idéologie nazie du bonheur : faire disparaître —assassiner— tous les parasites responsables du malheur humain....
  • "L'hebdo satirique n'est pas la France", certes!
    J'ai de superbes amis. Que j'aime. Parce qu'ils réfléchissent et travaillent à comprendre leur vie, notre vie, notre société, notre temps. Parfois ils sont ébranlés par des sophistes. Ces excellents parleurs ont accés aux media. Voici un article qui m'a...
  • Interview de Michel Bourse
    Je publie ici, avec son autorisation, l'article paru dans SINTEZA, revue culturelle et d'actualités en Roumanie : questions-réponses entre la rédactrice en chef et Michel Bourse, Sciences de l'Information et de la Communication, Université Galatasaray,...
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 12:00

Ce pauvre type blessé sur le bord du chemin[1], qui passe et l’ignore ? Un religieux, puis un juriste clanique. Car la religion et les règles de l’un et de l’autre leur interdisent de s’approcher d’un « impur ». Ils sont donc purs, ces barbares qui ne veulent s’approcher de personne qu’ils ne reconnaissent. Ils ne sont le prochain de personne. Leurs habitus passent avant l’Humanité, et désignent –mais comment ?- ce qui est permis, ce qui est interdit. Leurs lois se veulent premières, elles imposent leurs commandements, même si cela vient en contradiction avec les grands principes communs à toutes les sociétés humaines. Leurs pratiques organisent des faisceaux de croyances qui peuvent même s’opposer aux trois interdits fondamentaux de tuer, de manger de la chair humaine et de pratiquer l’inceste.

C’est le « Samaritain », c’est-à-dire l’immigré de l’époque, l’étranger venu de Samarie en Judée, le « non assimilé », c’est celui-là qui est le prochain de l’Homme. Il présente, incarne et symbolise notre vision d’une humanité globale.

La liberté du Samaritain de venir en aide au pauvre type du bord du chemin (une image d’Epinal) en lui permettant de se considérer comme son égal, lui permet de mettre en œuvre sa fraternité. On connaît la suite, il le soigne, l’emmène dans une auberge, paye pour lui. Il se charge de l’Autre, pour être son proche, pour exprimer le lien qui construit l’Humanité.

A quoi s’oppose le communautarisme du prêtre et du lévite, pour qui ne peut pas exister la notion de prochain, mais seulement celle de membre d’une communauté normée. Le modèle sert à incorporer dans un ensemble exclusif binaire : appartenance versus non appartenance. Le sujet y perd son identité. Il n’est plus, il fait partie. L’extériorisation de la communauté est réservée à une élite qui se porte parole pour le groupe et ses besoins sociaux, politiques, juridiques.

La République avait permis d’être citoyen, libre de participer à telle ou telle culture, à telle communauté de pensée, dans son espace privé. La laïcité laissait vivre chacun comme le prochain de tous les autres humains, en permettant la coexistence de toutes les dynamiques identitaires. La laïcité était une solution pratique (une praxis) pour l’amélioration sociale.

Qui ne veut pas du partage de la condition humaine ? Qui préfére pointer la différence ethnique du Samaritain ? Pourquoi faire ? Qui moralise l’approche d’autrui –pur, impur- ? Qui lapide ces questions compréhensibles par tous, qu’il faut poser systématiquement aux candidats aux élections. Qui transforme ces questions simples en brouhaha incompréhensible des medias, en jus nauséabond, en visions de mort ?

                © Gérard Delacour

 

 Nancy, 2 mars 2004.


[1]  Parabole du Bon Samaritain, Evangile de Luc, X, 29.
Et voici qu'un légiste se leva et lui dit pour le mettre à l'épreuve : " Maître que dois-je faire pour recevoir en partage la vie éternelle ?" Jésus lui dit : " Dans la loi qu'est-il écrit ? Comment le lis-tu ? " Il lui répondit : "Tu aimeras ton seigneur ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, de toute ta pensée et ton prochain comme toi-même." Jésus lui dit : "Tu as bien répondu" Et lui, voulant montrer sa justice, dit à Jésus : "Et qui est mon prochain ?"
Jésus reprit : Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, il tomba sur des bandits qui, l'ayant dépouillé et roué de coups, s'en allèrent, le laissant à moitié mort. Il se trouva qu'un prêtre descendait par ce chemin ; il vit l'homme et passa à bonne distance. Un lévite de même arriva en ce lieu ; il vit l'homme et passa à bonne distance. Mais un Samaritain qui était en voyage arriva près de l'homme : il le vit et fut pris de pitié. Il s'approcha, banda ses plaies en y versant de l'huile et du vin, le chargea sur sa monture, le conduisit à une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, tirant deux pièces d'argent, il les donna à l'aubergiste et lui dit : Prends soin de lui, et si tu dépenses quelque chose de plus, c'est moi qui te le rembourserai quand je repasserai. Lequel des trois, à ton avis, s'est montré le prochain de l'homme qui était tombé sur les bandits ? Le légiste répondit : C'est celui qui a fait preuve de bonté envers lui. Jésus lui dit : Va et, toi aussi, fais de même.
(Attention au contresens : c’est bien le Samaritain qui est désigné Prochain.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Delacour - dans Publicat GDelacour(c)
commenter cet article

commentaires